Technicien(ne) Supérieur(e) Physicien(ne) Chimiste

Le Métier

Le (La) technicien(ne) met en oeuvre ou adapte différentes techniques d'analyses physico-chimiques (spectrométrie, chromatographie, volumétrie, rayons X,...) sur des produits divers.

Il utilise des appareils de mesure et d'analyse manuels ou automatisés qu'il étalonne et pour lesquels il effectue une maintenance de base.

Il prépare des produits complexes, procède au contrôle de leurs qualités physico-chimiques et s'assure de leur conformité par rapport à des normes.

Il effetue le bilan des analyses et des préparations et interprète les résultats.

La formation

Stage de formation professionnelle pour adultes de niveau III

Durée totale : 24 mois dont :

  • 5 mois de préparatoire sectorielle,
  • 3 mois de cycle commun,
  • 16 mois de qualifiant.

Entrée : tous les ans début mai

Le (la) technicien(ne) acquiert les compétences nécessaires à l'exercice du métier :

  • Préparer, isoler et caractériser des produits dans le domaine physico-chimique.
  • Réaliser des mersures et des analyses physico-chimiques

La période qualifiante comprend un stage de 14 semaines en fin de cursus de janvier à avril.

Les débouchés

Le (la) technicien(ne) travaille dans des laboratoires de contrôle et d'analyse ou de recherche et développement, privé ou public :

Les différents secteurs d'activité sont principalement la chimie, la pétrochimie, la pharmacie, la cosmétique, l'énergie, l'agroalimentaire, l'environnement, la métallurgie, la plasturgie,...

témoignage

Avant la formation, J., 28 ans, un emploi d’ouvrier dans le bâtiment pendant 10 ans.

Titre obtenu en 2011.

Suite à la formation, J. est resté 6 mois au chômage, puis a obtenu un contrat d’intérim fin octobre 2011 pour 3 mois en tant que technicien supérieur de laboratoire et reconduit jusqu'à décembre 2012.

Sa tâche principale au sein de ce laboratoire est d’analyser par méthode spectrométrique FX, par ICP-OES et SAA des verres test destinés à la vitrification des déchets nucléaires issus de la réaction de fission.

“La formation au CRP a été pour moi un moment essentiel et déterminant dans la vie. Je n’irai pas jusqu'à dire que c’est une formation facile mais il faut avoir l’envie de réussir, tenir bon et savoir se ressaisir quand il le faut. Une chose très importante aussi c’est l’entraide entre collègues et le dialogue avec les formateurs quand vous en avez besoin (c’est le secret de la réussite).

Et peu importe le milieu professionnel dont vous êtes issu, rien n’est impossible surtout quand on est entouré  de formateurs très compétents et humains”.